La TéléVision Haute Définition signifie, du simple point de vue du spectateur:

* Une amélioration de l'image: La télévision de demain offrira un plus grand "piqué" de l'image, ce qui rend perceptible des détails beaucoup plus fins. Cette amélioration est obtenue par le doublement du nombre de lignes qui composent l'image affichée sur le téléviseur. A l'heure actuelle, celle-ci est obtenue, en Europe, avec une définition de 625 lignes; pour la TVHD, le nombre de ligne passera à 1.250, soit le double.

* Une amélioration du son: Celui-ci est actuellement transmis de façon analogique, en monophonie. Le son de la TVHD, quelle que soit l'option technique de transmission retenue -nous y reviendrons par la suite-, sera numérique. Stéréophonique, il offrira une qualité comparable à celle des disques compacts laser audio (qui utilisent cette technologie).

* Un format d'image plus proche de la vision humaine: Actuellement, les écrans de nos téléviseurs sont de rapport 4/3 ("quatre-tiers", largeur sur hauteur); cela conduit à focaliser son attention à l'intersection des diagonales de l'image. Le nouveau format promu pour la TVHD est le 16/9 ("seize-neuvième"), qui se rapproche des rapports utilisés au cinéma; en outre, l'œil a tendance à considérer trois zones importantes à l'intérieur d'une telle surface. Cette règle est connue en photographie sous le nom de "règle des trois tiers" ou "les points force de l'image".
Par la suite, nous reviendrons sur le 16/9, tant en ce qui concerne le format lui même que les raisons de sa promotion.

Toutes ces innovations et caractéristiques ont bien évidemment des implications techniques, aussi bien chez les professionnels que chez le téléspectateur.
1.2 La chaîne simplifiée de l'image:

à Une image de télévision naît dans un studio, c'est la production (technique). Elle s'opère en utilisant une norme de production.
à L'image est diffusée, c'est la... diffusion. Pour cela, on utilise un procédé qui, adopté par une communauté (un continent ou un groupe de pays), prend le nom de norme de télédiffusion (exemple: NTSC, PAL, SECAM). Il faut savoir que les normes de diffusion actuelles, quelles qu'elles soient, ne sont absolument pas adaptées à la diffusion d'un signal TVHD pour des raisons que nous développerons plus tard.
à Le téléspectateur regarde l'image. Son téléviseur utilise la norme qui a servi à la diffuser.

Aussi, les nouveaux attributs de l'image et du son que l'on trouve dans la TVHD ont des conséquences dans toute la chaîne de l'image. Les principaux obstacles techniques à la télévision haute définition se situent aussi bien au niveau de la production que de la diffusion. Les voici brièvement évoqués ci-dessous:

° La production: les fabricants de programmes doivent savoir quels sont les standards qui définissent la production HD. De ceux-ci découlent la fabrication par les industriels et l'acquisition par les chaînes de matériels.

° La diffusion: Il convient de mettre au point une norme suffisamment performante et aisée à mettre en œuvre pour diffuser la future télévision. Parallèlement, il est évident que la solution qui primera sera celle qui sera adoptée pour la réception. Le problème est d'ordre technique et industriel: les normes à choisir auront des implications pour la diffusion mais aussi pour la fabrication des récepteurs correspondants.
La question est, dès le début, moins critique pour la production car, bien qu'indispensable et intégrée à la chaîne de l'image, elle ne concerne l'équipement que d'un seul niveau de ladite chaîne.

Pour bénéficier des apports et des travaux de chacun, un important effort de collaboration au niveau international est en cours dans le cadre du Programme Européen Eurêka afin d'établir la technologie et les standards d'utilisation d'un système européen de télévision haute définition. Plus de vingt sociétés industrielles, des directions de chaînes, des organisations professionnelles et de multiples rencontres intergouvernementales prennent part à ce projet dont l'objectif est d'apporter la TVHD au téléspectateur pour la mi-décennie 1990.
1.3 Ce qu'il faut garder à l'esprit:

Ainsi, l'ère de la Télévision Haute Définition est presque née. Mais est-ce bien vrai ?

Si la Télévision Haute Définition consistait simplement en un nouveau type de téléviseur, cette question ne se poserait même pas, ou, le cas échéant, on pourrait y répondre comme lorsque l'on évalue le potentiel d'un nouveau produit. Mais la TVHD n'est pas un produit; c'est avant tout un nouveau système pour la production, la transmission et la réception des images télévisées. En tant que tel, elle a des implications d'une portée considérable non seulement pour le téléspectateur mais aussi pour toute une série de groupes économiques concernés par la création et la diffusion de programmes télévisés. Ces groupes seront affectés d'une manière passive et la réussite commerciale de la TVHD dès le départ ainsi que l'évolution de la technologie dépendront à un degré plus ou moins grand de leur intervention active et de leur coopération. Sans eux, la TVHD, en tant que produit de consommation, atteindra à peine les limites du laboratoire de développement.

1.3.1 L'environnement économique du secteur

En dehors de l'industrie électronique (à la fois en ce qui concerne les besoins des consommateurs et ceux du matériel professionnel), la TVHD a des implications stratégiques comme l'indiquent les éléments suivants:

° les directions de chaînes de télévision
° les réalisateurs de programmes, télévision et cinéma
° les fournisseurs d'installations techniques
° les opérateurs satellitaires
° les opérateurs de réseaux câblés
° les distributeurs de produits audiovisuels connexes (cassettes vidéo, vidéodisques).

Dans le cadre complexe et en pleine évolution de la télévision européenne, ces groupes forment un réseau très dense de rapports interdépendants qui agissent dans des milieux compétitifs et économiques qui leur sont propres. A moins que la TVHD n'offre à ces acteurs des avantages spécifiques orientés vers leurs propres intérêts et motivations économiques, le soutien qu'ils apporteront à la nouvelle technologie sera pour le moins peu enthousiaste.
1.3.2 Le point de vue du téléspectateur

D'une manière générale, l'attention du consommateur se porte sur les points suivants:
° le coût et la disponibilité du matériel: récepteurs mais aussi magnétoscopes, lecteurs de vidéodisques, etc.
° les avantages et bénéfices perçus par rapport au matériel classique
° variétés des programmes et qualités du contenu
° facteurs de convenance: moyens de réception (voie hertzienne, satellite, réseau câblé).

Pour qu'un directeur de chaîne trouve un intérêt commercial dans la TVHD, il faut qu'il ait un public (ou qu'il soit certain d'en avoir un), qu'il puisse atteindre ce public de manière économique et présenter des émissions susceptibles d'intéresser les téléspectateurs. Il s'agit ici de conditions nécessaires et pas seulement suffisantes. Pour prendre ces risques et supporter le coût de la production et de la transmission TVHD, il faut des motivations supplémentaires venant de l'environnement commercial de la télévision au cours des années 1990. La question-clé est de savoir jusqu'à quel point la télévision européenne de la décennie est en mesure d'apporter ce type d'encouragement.

Le téléspectateur privé ne gagne pour ainsi dire rien à acheter le matériel à moins qu'il ne soit certain d'obtenir des programmes plus intéressants. C'est pourquoi, de son côté, le téléspectateur dépend du directeur de chaîne, dépendant à son tour de la technique, c'est à dire des progrès des industriels.
***
Voilà sur quoi tout le monde s'accorde quand on évoque la télévision haute définition en Europe. Les avis divergent un peu lorsque l'on aborde la question des enjeux de la THVD. Enfin, le désordre est total dans le débat sur le choix d'une norme de diffusion adaptée à cette télévision.