Pas plus de 7 millions de postes TV vendus par an

Désormais, la tendance moyenne des ventes de téléviseurs oscillera autour des 7 millions par an en France, et 2012 va marquer un retour à la normale.
C'est ce que prédit le syndicat des industries de matériel audiovisuels électroniques Simavelec.
La moyenne annuelle du marché était de 2,5 millions d'appareils vendus dans les années 1980, 3,5 millions dans les années 1990/2000 et 5 millions dans la première décennie de 2 000.
« Les années 2010 et 2011, avec 8,5 et 8,7 millions de téléviseurs vendus, grâce au passage au tout numérique et à la généralisation des écrans plats, ont été exceptionnelles » fait remarquer Philippe Citroën, le président du syndicat.
Dans le même temps, il a confirmé à l'occasion d'une conférence de presse l' enrichissement des fonctions « ordinaires » de la télédiffusion.
Cela passera par l'amélioration de la qualité de l'image, notamment avec l'arrivée des écrans OLED, un perfectionnement de la 3D (700 000 téléviseurs vendus en 2011), une ergonomie simplifiée et l'ouverture vers l'expérience de la télévision connectée.
A ce propos, Philippe Citroën met cependant en avant le manque de visibilité sur la maturité des contenus, notamment HbbTV.
La convergence pluri-média sera bien au cœur de la nouvelle expérience TV, alors que plus de 200 millions d'écrans entreront en interaction.
Dans ce contexte, le Simavelec pose à nouveau la question du financement de la création, estimant qu'il faut repenser la taxe sur la copie privée. Cette taxe perçue sur l'achat des appareils d'enregistrement de contenus rémunère les auteurs, interprètes et producteurs.
« Les constructeurs, et donc ensuite les consommateurs paient 100 M€ de trop par an » argumente-t-il.