Au terme de l'expérimentation sur les effets de la 4G sur la réception de la TNT, menée à Saint-Etienne par les opérateurs Bouygues Telecom, Orange et SFR, le assistant général de l'Agence Nationale des Fréquences (ANFR) se veut rassurant.

Le dispositif d'assistance aux téléspectateurs touchés par des brouillages de la TNT a eu une « bonne vitesse de réaction » avec un taux d'échec « acceptable » selon Gilles Bréguant, directeur général de l'ANFR. Selon lui, 85% des cas ont été résolu dans les trois jours. Les autres 15% n'avaient pas de lien avec la 4G.

Pendant les quatre mois qu'a duré l'expérimentation de Saint-Etienne, 486 cas de brouillages de la TNT par la 4G ont été relevés. Ce chiffre concerne 3% des foyers de l’agglomération de Saint-Etienne. Néanplus, M. Bréguant se veut rassurant en expliquant que la ville de Saint-Etienne n’a pas été choisie par hasard « on a pris une ville dont on savait que ce serait un endroit difficile, et on a eu un taux de brouillage qui est plutôt raisonnable. On pensait avoir des dégradations sensiblement plus faibles. Du coup dans les endroits qui sont plus simples, on en aura encore moins ».

L'ANFR constate que la plupart des brouillages sont dues à des installations de réception non protégées (sans filtre 4G). Rappelons que l'ouverture nationale du réseau 4G de Bouygues Telecom est pour mercredi prochain, le 1er octobre 2013, avec une couverture de plus de 60% de la population.