Results 1 to 8 of 8

Thread: TPS sur ASTRA: Canal+ se regale

  1. #1
    VIP Member
    Join Date
    25-06-2005
    Posts
    341
    Uploads
    77

    Thumbs down TPS sur ASTRA: Canal+ se regale

    Lorsque la fusion de CanalSat avec TPS a été annoncée, elle nous a été présentée par les acteurs comme une évolution naturelle du marché de la télévision payante, visant essentiellement à rationaliser cette activité.
    Quand on parle de rationalisation dans une entreprise, on sait ce que ça veut dire : diminution des coûts et augmentation des marges, puisqu’en fait ce sont toujours les gestionnaires qui ont le dernier mot.
    Les annonces de Bertrand Méheut, président du directoire du groupe Canal+ et membre du directoire de Vivendi, faites récemment devant les actionnaires, confirment ces objectifs purement économiques et enlèvent toutes les illusions que pouvaient se faire encore les incorrigibles optimistes.
    Prévoyant pour Canal+ France en 2010 au moins 11,5 millions d’abonnés, avec un chiffre d’affaires dépassant 5 milliards d’euros, il annonce un « résultat opérationnel ajusté » (Ebita*) supérieur à 1,1 milliard d’euros, ce qui va permettre « d’atteindre la rentabilité des meilleurs standards du secteur ». Ce chiffre important représente plus de 50 % des dépenses totales budgétées pour les programmes en 2010 : 2 milliards d’euros.
    Pourquoi ne pas faire plus pour les programmes et les chaînes ?
    Pourquoi réserver une telle marge aux actionnaires ?
    Pourquoi ne pas mieux considérer tous ces abonnés qui sont, de fait, les véritables actionnaires de l’entreprise ?
    L’objectif numéro un est clair : faire gagner le plus d’argent possible aux actionnaires.
    C’est l’application des théories de l’économie purement libérale.
    Le problème qui existe désormais réside dans le quasi-monopole dont bénéficie le groupe dans la télévision payante par satellite en France.
    Si vous optez pour ce mode de réception, c’est donc à prendre ou à laisser...
    Or, les objectifs fixés par le président sont assez inquiétants pour les abonnés, puisqu’il compte faire des économies sur les programmes, les chaînes, la promotion, les offres commerciales, le réseau de distribution, les centres d’appels téléphoniques, la diffusion, etc., au total, 350 millions d’euros sur 3 ans ! (voir article p. 12 et suivantes de Télé Satellite N°209).
    Premier effet de cette politique purement économique : l’augmentation des prix des principaux forfaits depuis le 21 mars de 1 à 10 euros par mois suivant les cas.
    Cette hausse ne va pas se faire sentir immédiatement pour tous les abonnés actuels aux bouquets TPS et CanalSat : c’est à la date anniversaire de votre abonnement, lors de son renouvellement, que ces « effets collatéraux » de la fusion se feront sentir...
    Seuls les nouveaux abonnés sont soumis immédiatement aux nouveaux prix !
    Un autre événement télévisuel marque les effets de cette nouvelle puissance du monopole : c’est l’annonce faite par Canal+ de la commercialisation des chaînes gratuites de la TNT par satellite via une offre gratuite spécifique « TNTSAT » qui sera lancée le 15 juin prochain (voir page 16 de TS 209).
    Alors que depuis un an les pouvoirs publics ne cessaient d’annoncer le bouquet satellite des chaînes de la TNT, que des essais techniques se succédaient sur AB3, le groupe Canal+ double tout le monde sur la ligne, en lançant cette offre quelques heures après la promulgation de la loi sur la télévision du futur (voir page 39 de TS 209)...
    Bien joué !
    Les masques sont tombés : avec la complicité des pouvoirs politiques, Canal récupère tout le marché de la télévision par satellite, le payant et le gratuit ! Que va faire TF1, désormais actionnaire de Canal+ France, pour concrétiser son bouquet de chaînes gratuites annoncé pour cette année : sa marge de manœuvre est devenue plus qu’étroite aux côtés de l’omnipotent Groupe Canal+ !

    *Ebita = Earnings Before Interest Taxes and Amortization

    info telesatellite

  2. #2
    VIP Member
    Join Date
    25-06-2005
    Posts
    341
    Uploads
    77

    Re: TPS sur ASTRA: Canal+ se regale

    Quel jeu joue TPS ?
    Avec le passage au « Viaccess 2 » et au « TPSCrypt », TPS a troublé les cartes du cryptage. En effet, depuis sa création, le deuxième bouquet français avait choisi un système de cryptage commercialisé par la filiale de France Télécom, Viaccess SA, qui correspond à une norme précise qui fait l’objet d’une licence commercialisée à travers le monde.
    Avec le passage au « Viaccess 2 » et au « TPSCrypt », TPS a troublé les cartes du cryptage. En effet, depuis sa création, le deuxième bouquet français avait choisi un système de cryptage commercialisé par la filiale de France Télécom, Viaccess SA, qui correspond à une norme précise qui fait l’objet d’une licence commercialisée à travers le monde. Viaccess SA a vendu la licence de son cryptage à de nombreux constructeurs afin qu’ils puissent mettre sur le marché des terminaux indépendants des opérateurs fonctionnant avec la norme Viaccess. Or, l’arrivée du cryptage TPSCrypt, disponible uniquement sur les terminaux propriétaires de TPS, met en danger la pérennité de l’utilisation de la norme Viaccess par TPS…
    Quand en décembre 1999, les premières cartes pirates TPS apparaissent, les responsables de TPS commencent à envisager une contre-attaque dont la première phase passe par les contre-mesures destinées à « tuer » les cartes pirates. Les effets attendus se produisent, mais au fil des mois les pirates continuent à avoir le dessus.

    Fin 2000, TPS envisage un nouveau plan de combat basé sur le postulat suivant : « Le piratage passe par les terminaux libres... Nos terminaux propriétaires sont mieux protégés et l’on peut gérer les conditions d’accès de nos boîtes par téléchargement ». A partir de là, germe l’idée de séparer les deux parcs de terminaux sachant que le gros du parc (90 %) est constitué des terminaux propriétaires. De plus, en utilisant deux systèmes de cryptage, un pour les terminaux propriétaires, un pour les terminaux libres, on peut éviter de changer toutes les cartes, ce qui constitue une grosse économie, si l’on sait que changer une carte revient environ à 15 euros !

    Du Viaccess au « TPSCrypt »
    Pour rendre « inviolable » le cryptage des terminaux propriétaires, TPS, en collaboration étroite avec Viaccess SA met au point un système de cryptage propriétaire, que l’on a baptisé par facilité, « TPSCrypt », qui est, en fait, toujours du Viaccess, mais légèrement modifié grâce aux ressources du moteur d’interactivité « OpenTV » embarqué en exclusivité dans les terminaux propriétaires de TPS, fabriqués par Sagem et Thomson. Lancé en mai dernier, le TPSCrypt a été rapidement piraté : Il n’a fallu que 15 jours pour le rendre exploitable par des cartes pirates sur des terminaux non-propriétaires… Parallèlement, le Viaccess 2, lancé à la même époque exclusivement pour les terminaux libres grâce à de nouvelles cartes de la série Viaccess PC2.4 résiste bien… et à ce jour, il est toujours inviolé.

    Mais le TPSCrypt n’a pas dit son dernier mot : en effet une de ses ressources très dommageable aux cartes pirates est son évolutivité : Le mariage « OpenTV/Viaccess » permet de transformer les caractéristiques du cryptage en temps réel (cryptage « mutant ») et de rendre l’utilisation des cartes pirates inopérante. Ces possibilités n’ont jamais été utilisées par TPS depuis le démarrage du TPSCrypt… mais cela ne va pas durer ! Selon nos informations, le TPSCrypt va commencer ses « mutations » dans les semaines qui viennent afin de rendre caduques toutes les cartes pirates actuellement en service. Ces opérations seront renouvelées périodiquement pour réduire à néant les actions de piratage.

    TPS compte sur la lassitude des utilisateurs qui verront leurs cartes « mortes » à chaque mutation de cryptage. Outre le postulat, tout à fait techniquement contestable, nous expliquant que le piratage passe par les terminaux libres, le parc de terminaux propriétaires est une « manne » financière non négligeable pour un opérateur de bouquet.


    Un parc propriétaire
    En effet, une fois les premiers investissements réalisés pour les études et la fabrication industrielle du produit (commandes fermes auprès des constructeurs), et la mise en place du réseau de commercialisation, les revenus de la location sont importants (sur 1 million d’abonnés à 8 euros par unité, cela fait quelque 8 millions d’euros par mois… 96 millions d’euros en un an !). Laisser partir ces revenus chez les revendeurs et les constructeurs de terminaux libres ne serait pas une bonne affaire… En se servant du prétexte de la lutte contre le piratage du bouquet pour conserver un parc de terminaux propriétaires le plus important possible, TPS joue un « drôle de jeu », un jeu dangereux pour le marché des terminaux à la vente et la libre concurrence.



    Une stratégie qui se dévoile
    Avec l’apparition du Viaccess 2, le parc des terminaux libres a été secoué par les soubresauts des mises à jour afin d’adapter le parc existant à l’évolution de la norme. Nous ne reviendrons pas sur les raisons de ces problèmes déjà largement évoquées dans nos colonnes. Une partie des terminaux a eu, et a encore, des problèmes avec les nouvelles cartes faute d’une mise à jour sérieuse faite par les constructeurs concernés, qui vont dans certains cas particuliers jusqu’à griller le microprocesseur ! Ces incidents, bien que marginaux, sont le prétexte, dont s’est emparé TPS, pour entamer une campagne de « dénigrement » des terminaux libres : « Certains modèles de terminaux numériques ne peuvent suivre les évolutions du signal de diffusion et deviennent, de ce fait, incompatibles avec la nouvelle carte W », qui se concrétise par une lettre circulaire (voir fac-similé), demandant aux propriétaires de terminaux libres de renoncer à TPS : « résilier votre contrat » (rien que ça !), ou de louer un terminal propriétaire avec des propositions tarifaires alléchantes : « 4 mois de location gratuite » avec les « garanties » suivantes :

    - « Recevoir toutes les nouvelles chaînes sans vous soucier de leur canal de diffusion.

    - Profiter de tous les services interactifs, avec notamment le très utile guide des programmes.

    - Bénéficier de toutes les évolutions technologiques (grâce à des mises à jour du terminal), d’une aide technique en ligne ou encore d’échanger en cas de panne votre terminal TPS auprès d’un distributeur ».

    Ainsi commence le mouvement qui devrait aboutir à réduire le parc de terminaux libres à une peau de chagrin… Parallèlement, la politique de distribution des cartes seules (destinées aux terminaux libres) s’est quelque peu durcie, les revendeurs étant encouragés à ne vendre que des abonnements avec location de terminal propriétaire. Ce mouvement est plus sournois, car il ne repose que sur des pressions plus ou moins directes, que nos lecteurs nous ont signalées, avec notamment des refus d’abonnement carte seule sous des prétextes aussi divers que variés…


    A quand la suppression du Viaccess ?
    A partir de ces faits objectifs, on peut facilement imaginer la fin de l’histoire. Dans un délai plus ou moins long, on peut, sans prendre de risques, penser que le Viaccess 2 sera piraté… A ce moment-là, quoi de plus facile que de dire que le piratage passe par le Viaccess 2, donc par le parc de terminaux libres, et de supprimer la diffusion Viaccess 2 pour « supprimer le piratage » en demandant à tous les abonnés de louer un terminal pour continuer à voir TPS… Ainsi TPS pourrait contrôler tout son parc de terminaux et empêcher ses abonnés de choisir le terminal de leur choix. Qu’adviendrait-il des terminaux Viaccess déjà vendus ? Que vont faire les constructeurs licenciés Viaccess d’une licence qui ne servira plus à rien en France ? Que deviendront les abonnés carte seule ? Et… dans tout cela où serait la liberté de choix du consommateur ? Une situation qui ne manquerait pas de créer un séisme dans le monde des constructeurs dont on ne peut pas, aujourd’hui, mesurer toutes les conséquences.

    Il faut espérer que ce scénario diabolique n’est pas celui que nous réserve réellement TPS. Mais il est tellement plausible et étayé par certains faits que nous sommes en train de vivre, qu’il est nécessaire de prendre conscience du danger, dès aujourd’hui, afin de le conjurer.

  3. #3
    VIP Member
    Join Date
    25-06-2005
    Posts
    341
    Uploads
    77

    Re: TPS sur ASTRA: Canal+ se regale

    Une petite piquouse de rappel....

  4. #4
    VIP Member
    Join Date
    25-06-2005
    Posts
    341
    Uploads
    77

    Talking Re: TPS sur ASTRA: Canal+ se regale

    TPS Canal, etc. : Nous sommes tous des pirates !

    Recharge, flashage, décodage, cryptage, etc. Cette terminologie de pirate fait partie de notre quotidien, puisque nous recevons chez nous des chaînes satellitaires illégalement. Comment fonctionne le "business". Par Driss Bennani


    Sur les marchés informels de Rabat et de Casablanca, la dernière innovation high-tech du moment s’appelle le Prog DVB. Sous cette appellation faussement scientifique (et qui ne veut apparemment rien dire) se cache en fait le dernier-né des logiciels de décodage (lisez piratage) de chaînes satellitaires. Ceci dit, même s’il décrypte la majorité des bouquets satellitaires (Kiosque compris, c’est une petite révolution), le Prog DVB reste l’apanage de quelques rares privilégiés. Pour l’utiliser, puisque c’est d’un logiciel informatique qu’il s’agit, il faut disposer d’un ordinateur, équipé d’une carte de connexion satellite et de préférence, une connexion Internet pour la mise à jour des codes de décryptage. Grâce à cela, le consommateur
    devient en quelque sorte son propre technicien pour moins de 120 DH.
    "Ce n’est donc pas encore un produit grand public mais il ouvre la voie pour pouvoir, bientôt, débloquer les cartes à puces directement utilisées sur les récepteurs numériques normaux", affirme, rassurant, Saïd, commerçant à Rabat, qui se frotte déjà les mains à l’idée de pouvoir provoquer un véritable rush vers sa petite échoppe.
    Car, même s’il ne tarit presque jamais, le commerce du satellite se nourrit de rumeurs et reste très dépendant des nouveautés mises sur le marché. Il a suffi que Canal + et TPS annoncent le changement de leurs codes de cryptage ces derniers jours pour que des milliers de Marocains se pressent qui pour recharger sa carte, qui pour flasher son chariot ou changer sa puce. Résultat des assauts, Canal a tenu le coup, TPS a cédé, plutôt facilement.

    Décryptage à la source
    Au départ, il y a les chaînes de télévision, cryptées. Le système de codage s’appelle Cut and Rotate. Sommairement, cela consiste à inverser deux par deux les 256 lignes qui constituent l’image télévisée. Pour pouvoir regarder cette image, il faudra utiliser une clé de décryptage (contenue dans la carte à puce) pour rétablir l’ordre des lignes. Il faudra ensuite disposer du récepteur adéquat, et généralement, renouveler son abonnement selon la formule choisie. Grâce à cela, le fournisseur contrôle votre accès.
    Ça, c’est pour la théorie. Dans les faits maintenant, les systèmes de contrôle ne sont, à quelques rares exceptions près, pas infaillibles. Sur Internet, les clés de décryptage et les logiciels d’émulation pullulent. Au Maroc, plusieurs bouquets sont même accessibles sur une seule carte. Et encore, la recharge n’est pas systématique puisque cela dépend du changement des codes de cryptage à la source.
    Chez nous, la révolution du petit commerce du satellite tient à deux phénomènes. Internet, comme partout dans le monde et l’arrivée de récepteurs numériques libres. En vente jusque dans les grandes surfaces, ces récepteurs supportent tous les types de cartes et de chariots d’accès. Provenant généralement de pays asiatiques ou d’Europe de l’Est, il sont modifiables à souhait. Puis, il y a les cartes à puce. Un véritable petit trafic les achemine depuis l’Italie, l’Espagne ou la Turquie. En fait, les techniciens locaux ont juste besoin d’une puce électronique programmable. Une carte qui puisse mémoriser les codes qu’ils gardent jalousement sur leurs terminaux. En règle générale, ce sont des cartes devenues invalides dans leurs pays d’origine. Ce qui explique le nombre impressionnant de cartes, toutes différentes, qui circulent sur le marché local. Jusque-là donc, rien de bien excitant. Un trafic de contrebande presque aussi risqué que celui de la mortadelle espagnole ou des espadrilles de second choix.

    Au temple de la débrouille
    Derrière leurs comptoirs improvisés, les petits commerçants gardent généralement leur matériel loin des regards. L’accès au "coin ordinateur" est presque défendu. À raison, puisqu’une fois passé de l’autre côté, on rit un bon coup de sa propre naïveté. En tout (c’est de toute façon le minimum requis), un ordinateur valable relié à un récepteur numérique et à un petit boîtier blanc : l’mastera. Le reste relève presque du jeu d’enfant. "La Mastera" en question est en fait un boîtier avec une entrée pour carte à puce (y compris celle du téléphone), disponible chez plusieurs revendeurs de matériel électronique pour moins de 1500 DH. Programmable grâce à un simple logiciel (moins de 900 DH, installation et programmation comprise), elle garde en mémoire les codes des principaux bouquets demandés. Pour recharger votre carte, le "petit génie" auquel vous croyez avoir affaire introduit la carte dans la Mastera, choisit d’un clic le ou les bouquets souhaités, vous entretient la conversation pendant quelques minutes, et fait de vous un homme (ou une femme) heureux(se) de retrouver ses chaînes préférées.
    En fait, les vrais petits génies sont ailleurs, dans les entreprises ou dans les écoles de génie informatique. A.M en a fait un véritable métier. Banquier (et informaticien) à Rabat, il a maintenant son propre réseau de techniciens et de petits commerçants qu’il fournit régulièrement en codes de décryptage. Parfois au prix fort, puisqu’un code (une série de chiffres et de symboles) peut coûter jusqu’à 500 DH. Pour cela, A.M a juste besoin de se connecter à Internet. Certains sites de hacking (piratage) se sont, en effet, fait une véritable spécialité de mettre régulièrement en ligne les codes d’accès aux différentes chaînes satellitaires et sites Internet payants. Ils ne sont référencés sur aucun moteur de recherche et l’URL se chuchote à peine entre initiés. "Certains de ces sites fonctionnent en communauté. Pour y avoir accès, il faut faire ses preuves de hacking. Sinon, c’est assez simple. Une fois le code téléchargé, il faut s’y connaître à peine en langage de programmation pour mémoriser les codes sur le logiciel de la Mastera", témoigne sans complexe A.M. "Et si certaines chaînes semblent faire de la résistance (Canal +, Kiosque, ART, etc.), cela a deux explications. Soit les codes de cryptage changent fréquemment ou que ces chaînes n’intéressent pas beaucoup les hackers européens ou asiatiques, souvent anglophones", rapporte Adil, étudiant en télécoms dans une grande école de la capitale.
    S’ils parlent avec autant de naturel, c’est que nos petits hackers ne risquent presque (ou absolument ?) rien. Certes, ils font dans la contrefaçon, ils le savent, mais qui viendra les inquiéter ? Et puis, ont-ils le choix ? Exemple : un Marocain qui veut s’abonner à un bouquet (disons Canal ou TPS, les plus courants), passera (nous avons essayé) plus de trois jours accroché à son téléphone avant d’avoir un premier interlocuteur qui le priera de prendre contact avec Canal Paris ou d’aller sur TPS.fr. Il devra donc prendre un abonnement en France, par intermédiaires interposés, qu’il devra payer en devises. L’informel a fini par chasser le légal et sur place, il ne reste plus qu’une timide représentation du bouquet arabe Al Awael, avec ses célèbres chaînes ART. TPS, Canal, Showtime et les autres ont fini par plier bagage. Du côté des officiels, silence radio. Tant mieux, pensera certainement Saïd, notre technicien r’bati. Cela lui laissera le temps de faire de bonnes affaires avec son Prog DVB.

    INFO TELQUEL

  5. #5
    VIP Member
    Join Date
    25-06-2005
    Posts
    341
    Uploads
    77

    Re: TPS sur ASTRA: Canal+ se regale

    Canal+ a décidé d'utiliser une nouvelle version du cryptage Viaccess pour crypter son signal "TNTSAT". Toutes les chaînes de la TNT composant ce bouquet gratuit seront donc cryptées en Viaccess PC 3.0. Les premiers terminaux pour la réception "TNTSAT" devraient être mis en vente par SAGEM à la mi-juin, dans des zones non couvertes par la TNT. Ils ne seront commercialisés que sur le territoire français pour des consommateurs résidant en France. Selon Canal+, "aucune preuve d'identité ne sera demandée et aucun fichier ne sera constitué" afin qu'il ne puisse pas y avoir de prospection ultérieure des acheteurs de terminaux. A ce jour, Canal+ n'a pas confirmé la commercialisation de la "carte seule" comme annoncé par le ministre de la communication l'année dernière. De plus Canal+ n'a toujours pas fourni aux constructeurs de terminaux , en dehors de Sagem, le cahier des charge permettant de les fabriquer: sur ce sujet l'Anpret a publié un communiqué de protestation ( voir info),auquel Canal+ a repondu en affirmant qu'il s'agit bien "d'un marché ouvert" et qu'au delà du 15 juin, "les spécifications validées par un organisme indépendant seraient mises à la disposition de tous les fabricants
    __________________

  6. #6
    VIP Member ppdj's Avatar
    Join Date
    04-09-2005
    Posts
    3,267
    Uploads
    105

    Re: TPS sur ASTRA: Canal+ se regale

    Merci pour l'infos

  7. #7
    Junior Member soussi's Avatar
    Join Date
    02-04-2005
    Posts
    16
    Uploads
    0

    Re: TPS sur ASTRA: Canal+ se regale

    Salam

    Merci pour les infos

    Et avec tout ca qu'est ce qui nous attend ?

    lol

    Merci

  8. #8
    VIP Member
    Join Date
    25-06-2005
    Posts
    341
    Uploads
    77

    Re: TPS sur ASTRA: Canal+ se regale

    Projet d'accord Lagardère - Vivendi Universal - Groupe Canal+ pour la montée de Lagardère à hauteur de 20 %, avec option de montée à 34 %, au capital de Canal+ France
    Lagardère, Vivendi Universal et Groupe Canal+ annoncent un projet d'accord aux termes duquel Lagardère, déjà partenaire de Groupe Canal+ au sein de CanalSat, rejoindrait Groupe Canal+, TF1 et M6, au capital de Canal+ France (1) , ensemble qui regrouperait la totalité des activités de Groupe Canal+ et de TPS dans la télévision payante en France.
    En devenant le deuxième actionnaire de Canal+ France, Lagardère renforcerait significativement sa présence dans la télévision payante en France.
    Le nouvel ensemble serait ainsi détenu par :

      • Groupe Canal+ à 65 %,
      • Lagardère à 20 %,
      • TF1 à 9,9 %,
      • M6 à 5,1 %.
    Vivendi Universal, via Groupe Canal+, détiendrait le contrôle exclusif du nouvel ensemble.
    Lagardère prendrait une participation de 20 % par apport de sa participation de 34 % dans CanalSat et un achat complémentaire d’actions Canal+ France pour un montant de 525 millions d’euros, en numéraire.
    Lagardère bénéficierait en outre d’une option d’achat portant sur 14 % supplémentaires du nouvel ensemble exerçable 3 ans après la réalisation de l’opération. A cette date, ce prix d’exercice serait à valeur de marché et d’un montant minimum de 1,05 milliard d’euros, correspondant à une valorisation de 7,5 milliards d’euros pour 100 % de Canal+ France.
    Ce projet d’accord sera soumis à la consultation des instances sociales et institutions représentatives du personnel concernées, au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et à l’approbation des autorités de concurrence.
    L’objectif est que la nouvelle entité, qui détiendra notamment 100 % de CanalSat et de TPS, soit mise en place au troisième trimestre 2006.
    Le nouvel ensemble constituera un acteur français de l'audiovisuel de premier plan, en mesure d’affronter la concurrence des grands groupes médias étrangers et des opérateurs du câble et de l’Internet. Il contribuera à dynamiser et à élargir le marché français de la télévision en proposant aux consommateurs une offre plus riche, diversifiée et attractive.
    A propos de Vivendi Universal :
    Vivendi Universal est un acteur majeur et mondial des médias et des télécommunications, présent dans la musique (Universal Music Group), les jeux interactifs (Vivendi Universal Games), la télévision et le cinéma (Groupe Canal+) et les télécommunications (SFR et Maroc Telecom). Vivendi Universal détient 20 % de NBC Universal, un géant mondial des médias présent dans la production de films et d’émissions de télévision, la diffusion de chaînes de télévision et l’exploitation de parcs à thèmes.
    A propos de Lagardère SCA :
    Lagardère est un leader dans le secteur des médias (éditeur de livres et de presse, audiovisuel, distribution de presse et de produits culturels). Lagardère fait partie du CAC 40 indice de référence de la bourse de Paris.
    (1) Canal+ France (nom temporaire) serait constitué de l’ensemble des actifs actuels de TPS et de Groupe Canal+ dans la télévision à péage : CanalSat à 100 %, Canal+, TPS, Multithématiques, MediaOverseas, Sport+, Canal+ Active et Kiosque.
    StudioCanal, Cyfra+, la régie publicitaire, le PSG et i>TELE ne font pas partie de Canal+ France et restent détenus à 100 % par Groupe Canal+.

Similar Threads

  1. SES Astra & Canal Digitaal: Astra 23,5 transponder met themazenders wordt MPEG4
    By tokoroko in forum Het Laatste Satelliet TV Nieuws
    Replies: 0
    Last Post: 11-09-2009, 07:40:11
  2. CANAL+france ASTRA
    By mikame in forum Cryptoworks
    Replies: 1
    Last Post: 24-05-2008, 14:35:16
  3. Dcw Key Canal + France Astra
    By x box in forum CCW and DCW
    Replies: 3
    Last Post: 24-05-2008, 11:41:52
  4. Astra 19.2 Canal + Dutch
    By Asus 1 in forum Matrix Reborn Cam
    Replies: 0
    Last Post: 20-12-2006, 16:09:31

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts
  •