Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange et SFR ont ouvert leur réseau mobile 5G fin 2020 au grand public. Le détail sur leur stratégie et les caractéristiques de chacun des services.

Qui a la meilleure couverture 5G ? Les meilleurs débits ? Quels sont les forfaits les plus intéressants ? On fait le point sur la situation de chaque opérateur.

Bouygues Telecom : une belle couverture

Ses points forts
Mi-décembre, Bouygues Telecom affichait 1344 sites 5G activés au niveau national. Cela lui a permis d’afficher une belle couverture de plus de 1000 communes éligibles et 20 grandes villes dès la fin de l’année 2020.
L’opérateur propose des forfaits mobiles aux prix attractifs. Il est le premier à avoir lancé une offre sans engagement, avec son forfait B&You à 25 euros par mois.

Ses points faibles
Bouygues Telecom comptait seulement 115 sites émettant dans la bande cœur des 3,5 GHz le mois dernier, l’essentiel étant concentré dans la bande 2100 MHz, anciennement 4G. Dans les zones où les abonnés ne pourront accéder à la bande 3,5 GHz, c’est-à-dire dans la majorité des cas pour le moment, les débits devraient donc rester limités et le gain par rapport à la 4G ne sera pas très significatif.

Free Mobile : des prix défiant toute concurrence

Ses points forts
Comme Bouygues Telecom, Free Mobile a fait le choix d’un déploiement massif de la 5G sur le territoire. Il affirmait couvrir 40% de la population dès son lancement le 15 décembre dernier avec 5 303 sites activés aussi bien dans les grosses agglomérations que dans des zones moins denses.

Il a aussi d’emblée coupé l’herbe sous le pied de ses concurrents en proposant la 5G sans surcoût. Il a ainsi décliné deux de ses forfaits mobiles 4G en 5G : celui à 19,99 euros par mois pour 150 Go (15,99 euros pour les abonnés Freebox et une enveloppe data illimitée) et celui à 9,99 euros par mois réservé aux abonnés Freebox Pop. Imbattable. D’autant que ce sont des offres sans engagement.


Ses points faibles
Free Mobile est le seul opérateur à avoir choisi de compléter la bande 3,5 GHz avec du 700 MHz, jusque-là dévolue à la 4G. Un choix extrêmement discuté mais il est encore trop tôt pour savoir si cela pourrait dégrader la qualité de son réseau 4G, comme le laisse entendre Bouygues Telecom, par exemple.

Accusé aussi de faire de la « fausse 5G » par SFR parce qu’il s’appuie principalement sur cette fameuse bande 700 MHz, Free Mobile se défend en rappelant qu’il respecte tous les standards de la 5G. Mais il est vrai que sa stratégie est d’assurer prioritairement la couverture au détriment du débit.

Il n’a pas négligé pour autant la bande 3,5 GHz. Il s’est même montré plus actif que Bouygues Telecom et SFR sur ce terrain avec davantage de sites activés en décembre, comme en témoigne le premier observatoire de l'Arcep.

Dernière spécificité de Free Mobile, il dispose d'un réseau 4G est moins étendu et sa qualité de service légèrement moindre par rapport aux autres, d'après la dernière enquête de l'Arcep qui date du mois de décembre 2020. Or, les performances de la 5G dépendront de la 4G tant que le coeur de réseau restera 4G, c'est-à-dire pendant encore environ deux ans.

Orange : un max de fréquences

Ses points forts
Orange est l’opérateur à avoir raflé le plus de spectre lors des enchères de la bande 3,5 GHz, alors qu’il disposait déjà du portefeuille le plus conséquent de fréquences. Cela devrait garantir une meilleure capacité et des débits plus élevés. A terme, la qualité de service de son réseau mobile 5G a toutes les chances de dépasser celle de ses rivaux.

Orange est aussi le seul à attendre qu’une ville soit couverte à 80% avant de la déclarer éligible à la 5G. Il comptait 160 communes concernées fin décembre.

Ses points faibles
Pour le moment, l’opérateur historique se montre prudent et a choisi de privilégier les sites où il peut offrir du 3,5 GHz sans chercher une couverture étendue. Il n’a allumé « que » 15 villes le 3 décembre, soit 10% de la population. Il envisageait d’en couvrir 150 supplémentaires avant la fin de l’année 2020.

Orange n’a jamais cherché à tirer les prix vers le bas. C’est encore vrai avec la 5G puisque ses forfaits mobiles avec engagement de 12 mois vont de 40 à 95 euros au-delà de la première année de promotion. Et il a pris soin de ne pas se précipiter pour proposer un forfait 5G Sosh qui aurait pu cannibaliser ses autres offres.

SFR : le plus rapide

Ses points forts
SFR a marqué des points en étant le premier à lancer la 5G en France dans la ville de Nice, puis dans 150 communes à la fin 2020. Sa stratégie est assez proche de celle d’Orange, puisqu’il préfère se concentrer sur quelques grandes agglomérations. Il met aussi l'accent sur la bande 3,5 GHz avec des débits capables de faire la différence par rapport la 4G comme l’a constaté notre collègue Nicolas Lellouche à Nice.

Ses points faibles
Comme l’opérateur historique, SFR maintient des tarifs élevés pour la 5G, allant de 50 à 95 euros une fois passée la première année avec ristourne. Et il impose lui aussi un engagement de 12 mois. Toutefois, sa filiale low cost Red by SFR permet d’accéder à la 5G sans surcoût via son forfait sans engagement à 130 Go qui ne coûte 30 euros par mois hors promotion.

Au fur et à mesure du déploiement de la 5G, les disparités de couverture devraient s'aplanir entre opérateurs. Et ils finiront tous par coupler la bande coeur de la 5G 3,5 GHz avec une ancienne bande 4G.

Les débits, en revanche, pourraient continuer à se différencier. Ils dépendront de la quantité de spectre obtenu en 5G aux enchères par chaque opérateur, de leur capacité à jongler entre 4G et 5G, et enfin, comme nous l'avons dit plus haut, de la qualité de leur 4G. Rappelons enfin que les meilleures performances et les nouveaux usages de la 5G ne sont attendus qu'à l'horizon 2023.